galerie Génocide rwandais : après son arrestation Félicien Kabuga saisait le défenseur des Droits

Le financier présumé du génocide rwandais Félicien Kabuga a été arrêté près de Paris le 16 mai 2020
Le financier présumé du génocide rwandais Félicien Kabuga a été arrêté près de Paris le 16 mai 2020 © Simon Wolfhart, AFP
Les avocats de Félicien Kabuga, accusé d’être le « financier » du génocide rwandais, ont annoncé saisir dimanche 24 mai le défenseur des Droits Jacques Toubon. Ils dénoncent des « atteintes à ses droits fondamentaux » depuis son arrestation le samedi 16 mai, selon un courrier consulté par l’AFP.

Laurent Bayon et Nejma Labidi demandent à Jacques Toubon d’intervenir sur le « double dysfonctionnement » de la Justice « qui porte atteinte aux droits fondamentaux de Félicien Kabuga ».

Félicien Kabuga, qui a fait savoir qu’il voulait « être jugé en France », doit comparaître une nouvelle fois le 27 mai devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, après une première comparution mercredi 20 mai au cours de laquelle ses avocats ont obtenu un délai pour pouvoir préparer sa défense.

« Malgré de nombreuses relances, dimanche (…), je n’ai toujours pas copie des pièces de la procédure », dénoncent les avocats.

Cette audience doit permettre d’examiner la validité du mandat d’arrêt émis par le Mécanisme des tribunaux pénaux internationaux (MTPI) – la structure chargée d’achever les travaux de l’ex-Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) siégeant à Arusha, dans le nord de la Tanzanie – puis émettre un avis, favorable ou non, sur sa remise.

Les avocats ont par ailleurs annoncé vendredi une assignation en référé contre l’État français pour « atteinte à la présomption d’innocence », suite à un communiqué du 16 mai du parquet général de Paris et de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH) annonçant l’arrestation de Félicien Kabuga.

Les avocats contestent la qualification de Félicien Kabuga dans ce communiqué comme « l’un des principaux génocidaires rwandais ».

Dans leur saisine dimanche, les avocats assurent que leur requête « n’a toujours pas été examinée » malgré « l’urgence (…) à faire cesser cette atteinte manifeste à la présomption d’innocence » d’un homme qui « conteste toute participation au génocide ».

« Une date sera donnée à ces avocats dès lundi. C’est la pratique pour tout le monde », a répondu le Tribunal judiciaire de Paris, contacté par l’AFP.

Les deux avocats ont par ailleurs déposé vendredi une demande de mise en liberté de Félicien Kabuga, écroué à la maison d’arrêt parisienne de la Santé, au nom de « son âge et de sa santé particulièrement fragile ». Elle sera examinée mercredi par la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris, a annoncé Laurent Bayon.

 

 

ANI AVEC AFP