galerie La France a commandé « plus d’un milliard » de masques à la Chine

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 28 mars 2020 lors d'une conférence de presse à Paris
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 28 mars 2020 lors d’une conférence de presse à Paris afp.com – GEOFFROY VAN DER HASSELT
La France a commandé « plus d’un milliard » de masques, notamment à la Chine, pour faire face à la pandémie de Covid-19, a indiqué samedi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

« Plus d’un milliard de masques ont été commandés depuis la France et l’étranger pour les semaines et mois à venir », a annoncé le ministre au cours d’une conférence de presse.

« Un pont aérien étroit et intensif entre la France et la Chine a été mis en place de manière à faciliter les entrées des masques sur notre territoire », a-t-il ajouté en rappelant que la France a besoin de 40 millions de masques par semaine.

La France, a précisé le ministre, produit 8 millions de masques par semaine. « Nos réserves ne sont pas infinies », a-t-il souligné.

« Il y a une autre façon de répondre à cette demande importante (de masques), c’est d’essayer de créer de nouveaux produits, d’utiliser la richesse, l’innovation des entreprises françaises en matière de textile et de papier, pour faire en sorte de créer de nouveaux masques répondant à des usages bien spécifiques », a affirmé de son côté le Premier ministre Edouard Philippe.

Ces masques, a-t-il dit, sont destinés à « tous ceux qui, n’étant pas personnel soignant, pourront trouver avec des masques garantis une bonne façon de s’équiper, de se rassurer et se protéger »

« 24 producteurs nationaux ont qualifié des modèles qu’ils veulent produire, sont en capacité de produire près d’un demi-million de masques par jour dans les prochains jours, et au cours du mois d’avril un million de masques par jour. Certains pourront être réutilisés, seront lavables au moins cinq fois », a ajouté M. Philippe.

« Le masques ne doivent pas, sous peine d’être inutiles, s’accompagner d’un oubli des gestes barrières », a-t-il insisté.

 

 

ANI AVEC AFP