galerie Coronavirus : 231 nouveaux décès en France, Emmanuel Macron promet plus de tests

Du personnel de santé qui s’occupent des patients atteints par le coronavirus, à l’hôpital de Vannes, le 20 mars 2020. REUTERS – Stephane Mahe.

Les hôpitaux français ont enregistré 1 331 décès dus au coronavirus depuis le début de la pandémie, dont 231 ces dernières vingt-quatre heures. En déplacement à Mulhouse, Emmanuel Macron a promis une multiplication des tests.

En vingt-quatre heures, 231 nouvelles personnes sont décédées en France des suites du coronavirus. Le bilan est de 1 331 décès depuis le début de la pandémie, a annoncé, mercredi 25 mars, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

La France compte 25 233 cas confirmés par test PCR, 11 539 personnes hospitalisées, dont 2 827 cas graves en réanimation, a-t-il ajouté.

« Nous avons une épidémie d’extension nationale en aggravation rapide » a insisté Jérôme Salomon.

Considérant les près de 3 000 patients en réanimation, « c’est un nombre considérable, exceptionnel dans un temps aussi bref et pour une seule maladie », selon le directeur général de la Santé.

Il a souligné une « tension majeure » en Ile-de-France, devenue « la situation la plus critique ». Et ce « malgré des efforts considérables pour ouvrir encore des centaines de lits en réanimation après avoir déjà multiplié par deux » le nombre de lits disponibles.

Emmanuel Macron promet 29 000 tests par jour

Par ailleurs, Emmanuel Macron a visité mercredi l’hôpital militaire de campagne de Mulhouse, où il a annoncé une multiplication des tests, qui seront portés à 29 000 par jour, contre 5 000 actuellement, notamment pour les soignants et dans les Ephad.

Le chef de l’État a passé une heure à échanger avec une quinzaine de médecins et de personnels hospitaliers. « Je mesure ce que vous êtes en train de prendre comme stress, comme charge de travail, et vous avez accompli un travail remarquable », leur a-t-il dit notamment.

« Je sais les difficultés qui préexistaient pour l’hôpital et j’en tirerai toutes les conséquences », a aussi affirmé Emmanuel Macron. Il a aussi annoncé qu’un numéro de téléphone pour les soignants et les familles allait être mis en place afin de leur apporter un soutien psychologique.

Il a enfin répondu à des questions sur la chloroquine, médicament qui suscite beaucoup d’espoirs. « Je ne souhaite qu’une chose, que ça marche, mais je ne sais pas. Il faut que ça reste dans un protocole médical », a-t-il jugé.

 

 

Avec AFP et Reuters