galerie Centrafrique:Calme à Bangui suite aux tirs à l’arme lourde d’hier soir

L’armée nationale a lancé ce 19 novembre  à Bangui une vaste opération de déguerpissement des ex-combattants basés au Camp Béal à Bangui. Cette opération vise à permettre aux Forces Armées Centrafricaines de récupérer cette base militaire occupée depuis 2013 par les ex-combattants Séléka.

Des tirs à l’arme automatique ont été entendus témoignant la résistance des occupants à cette opération.

Le calme est revenu et les éléments de génie militaires ont déployés des engins lourds ce matin pour le nettoyage du site Camp Béal légué à la République Centrafricaine par les éléments d’assistance opérationnelle (EFAO). 

Toutes installations anarchiques ont été détruites et des occupants  illégaux à la merci de la nature. Cette vaste opération intervient peu après les plaintes de ces derniers qui exigent du gouvernement le versement de leur frais de désarmement.

Les camps Béal et le RDOT et Berengo sont trois camps militaires illégalement occupés par les ex-combattants. Certains éléments de ces groupes armés ont eu du gouvernement des frais de déguerpissement pour quitter le Bataillon de Soutien et de Service qu’ils ont occupés par le passé. Nombre d’entre eux ont regagné le Camp-Béal.

Cette opération est lancée à quelques jours de la célébration du 1er décembre date où l’Oubangui Chari est devenu la République Centrafricaine . Les festivités sont prévues sur l’avenue des Martyrs à seulement quelques mètres du Camp Béal. Aucun bilan n’est disponible pour l’instant et l’état-major des armées à l’initiative de  cette opération n’a pas encore donné de détails sur cette opération encore moins le ministère de la Sécurité publique.

Plusieurs ex combattants y vivent avec leur famille dans ce camp militaire où ils ont tout détruit.

 

RNL