galerie Venezuela : Guaido exhorte ses partisans à « ne pas se rendre »

L'opposant vénézuélien Juan Guaido, qui tente depuis près de six mois de déloger Nicolas Maduro de la présidence, a exhorté vendredi ses partisans "à ne pas se rendre" lors d'une manifestation à Caracas le 5 juillet 2019

« Ne vous rendez pas! Nous allons y arriver! N’ayez aucun doute, nous allons réussir », a lancé Juan Guaido à ses sympathisants venus manifester à ses côtés contre le président socialiste, à l’occasion de la Fête nationale.

Cette marche « contre les violations des droits de l’homme » perpétrées, selon les participants, par la « dictature » de Nicolas Maduro, a réuni quelques milliers de personnes, alors que les manifestations du début de l’année rassemblaient des dizaines de milliers de sympathisants.

« Je vous demande d’avoir confiance. S’il y a des doutes? Oui, il y en a. C’est naturel (…), nous écoutons et acceptons les critiques, mais je vous demande d’avoir confiance en nous », a encore déclaré Juan Guaido, juché sur une camionnette.

« Parfois ma motivation baisse, mais je ne vais pas m’arrêter de manifester », a expliqué à l’AFP Rocio Gonzalez, une sympathisante.

L’opposant de centre droit, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, tente depuis janvier de chasser Nicolas Maduro du pouvoir, un « usurpateur » qui a obtenu un nouveau mandat grâce à la présidentielle « frauduleuse » de 2018, selon lui.

Juan Guaido s’est aussi engagé sur la voie du dialogue avec le gouvernement. Deux rounds de pourparlers ont eu lieu en mai à Oslo entre les délégués de l’opposition et ceux du camp présidentiel, sans résultat tangible.

Mais cette semaine, il a exclu tout nouveau dialogue après le décès du capitaine de corvette Rafael Acosta Arevalo, un soldat mort en détention « après avoir été torturé » sur ordre de la « dictature meurtrière ».

Dans son discours de vendredi, Juan Guaido a précisé « ne pas avoir peur » du dialogue, si ce dernier permet de concrétiser les trois objectifs qu’il lui a assignés: le départ de Nicolas Maduro, la mise en place d’un « gouvernement de transition » et l’organisation d' »élections libres ».

Peu de temps auparavant, à l’autre bout de Caracas, Nicolas Maduro a lui-même évoqué le dialogue, lors d’un discours prononcé à l’issue du défilé militaire de la Fête nationale. Il a répété son « appel » à de nouveaux pourparlers.

« La semaine prochaine, nous vous annoncerons de bonnes nouvelles », a pro

 

 

ANI AVEC AFP