galerie Mauritanie : une centaine « d’étrangers » arrêtés, internet coupé

Des personnes quittent le siège de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) à Nouakchott, le 23 juin 2019, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle en Mauritanie afp.com - Sia KAMBOU

Les ambassadeurs du Sénégal, du Mali et de la Gambie ont été convoqués dans l’après-midi par le ministre des Affaires étrangères, Ismael Ould Cheikh Ahmed, qui les a enjoints de demander à leurs ressortissants de « s’abstenir de participer aux manifestations et à tout ce qui perturbe l’ordre public en Mauritanie, a expliqué le chef de la diplomatie sur la télévision nationale.

Les quatre opposants en lice ont rejeté les résultats provisoires donnant la victoire au premier tour à l’ancien chef d’état-major Mohamed Cheikh El-Ghazouani, dauphin du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz.

Selon la Commission électorale nationale indépendante (Céni), M. Ghazouani a obtenu 52,01% des suffrages, devant le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid (18,58%), l’ex-Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar (17,87%), le journaliste Baba Hamidou Kane (8,71%) et le professeur d’université Mohamed Ould Moloud (2,44%).

Trois des opposants ont introduit mardi un recours en annulation devant le Conseil constitutionnel, tandis que le quatrième, Baba Hamidou Kane, a affirmé n’avoir pas encore pris de décision, disant à l’AFP « douter de l’intérêt d’une telle procédure devant une institution inféodée au pouvoir ».

Le siège de campagne de M. Kane a été fermé par la police lundi et celui des trois autres candidats de l’opposition mardi, « sur ordre du gouvernement », a indiqué leur entourage à l’AFP.

« On ne peut comprendre cette décision des autorités alors que des recours sont en cours et que l’élection n’est pas terminée », a réagi M. Ould Mouloud.

L’opposition a dénoncé l’arrestation de dizaines de personnes à la suite d’incidents dimanche entre manifestants et policiers dans la capitale et à Nouadhibou (nord-ouest).

Lundi soir, des heurts ont éclaté entre policiers et militants de l’opposition aux abords du siège des partis de MM. Ould Abeid et Kane, où la police a effectué une descente musclée, selon l’opposition.

« Il y a une main étrangère qui est derrière ces événements », a affirmé le ministre de l’Intérieur, Ahmedou Ould Abdallah, à propos de ces contestations, évoquant un « plan de déstabilisation » du pays.

« Nous avons arrêté une centaine d’étrangers dont on ne peut expliquer la présence dans la contestation d’une élection dans un pays qui n’est pas le leur », a ajouté le ministre.

Il a affirmé que cette présence étrangère était « en relation avec certains candidats ».

La société mauritanienne est marquée par des disparités entre communautés arabo-berbère, haratine (descendants d’esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et afro-mauritanienne, généralement de langue maternelle d’ethnies subsahariennes.

Biram Ould Dah Ould Abeid avait demandé lundi aux Mauritaniens de se « méfier des provocations des autorités », jugeant que le pouvoir avait l’habitude d’invoquer les risques de sédition « à chaque fois qu’il est en difficulté ».

Depuis 15H00 (GMT et locales) environ, il était impossible de se connecter à Internet, d’accéder à ses emails ou d’utiliser les réseaux sociaux comme WhatsApp et Facebook, alors que l’internet mobile était inaccessible depuis dimanche après-midi.

Interrogé par des journalistes sur ces coupures, le ministre de l’Intérieur a semblé ironiser. « Vous n’avez pas d’autres moyens qu’internet pour travailler? » a-t-il répondu, sourire aux lèvres.

La France a salué mardi « le bon déroulement de l’élection présidentielle », intervenue « dans un climat pacifique », et « félicité » M. Ghazouani.

 

 

ANI AVEC AFP