galerie Burkina:procès du putsch: prison à vie requise pour Diendéré et Bassolé

Les généraux Gilbert Diendéré (gauche) et Djibrill Bassolé (droite), le 27 avril 2017, lors d’une séance au tribunal de Ouagadougou, où ils sont jugés pour le putsch manqué de 2015 au Burkina Faso. afp.com – Ahmed OUOBA

Le procureur a retenu contre eux les charges de « trahison » et de « meurtres », ainsi que celle d' »attentat à la sûreté de l’Etat » pour le premier et de « complicité » pour le second.

Le 16 septembre 2015, des soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avaient tenté en vain de renverser le gouvernement de transition mis en place après la chute du président Blaise Compaoré.

Celui-ci avait été chassé le 31 octobre 2014 par une insurrection populaire, après 27 ans au pouvoir. Le coup d’Etat manqué avait fait 14 morts et 270 blessés.

Au total, 84 accusés sont jugés dans ce procès débuté en février 2018.

« Diendéré est l’instigateur principal du coup d’Etat », a déclaré le procureur. « Après l’arrestation des autorités de la transition, il a été la première personne contactée par les éléments qui ont exécuté le coup ».

« Un document portant création du CND (Conseil national pour la démocratie) a été retrouvé sur son ordinateur portable expertisé, sa date est antérieure à la prise d’otages des autorités. Il était bien au courant des actions en cours », a argumenté le procureur.

Lors du putsch, le général Diendéré avait pris la tête du Conseil national pour la démocratie, organe dirigeant des putschistes, avant de rendre le pouvoir face à la pression populaire et de l’armée loyaliste.

« Les faits d’attentat à la sûreté de l’Etat sont constitués à l’encontre de Diendéré et de onze autres personnes, dont les membres du commando qui avaient fait irruption dans la salle du conseil des ministres » pour kidnapper les dirigeants de l’Autorité de transition, a estimé le procureur.

L’infraction de complicité (d’attentat à la sûreté de l’Etat) a été retenue par le procureur contre Djibrill Bassolé, ancien chef de la diplomatie de Blaise Compaoré, et une soixantaine d’autres personnes pour avoir « aidé à préparer ou faire consommer le coup d’Etat ».

Les charges de « meurtres et coups et blessures » ont également été retenues contre les deux généraux et une soixantaine de personnes.

 

 

 

ANI AVEC AFP