Galerie

Algérie : le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, nommé président par intérim

Abdelkader Bensalah, le 31 mars 2019. FETHI BELAID / AP

Cette décision du Parlement est conforme à ce que prévoit la Constitution, mais elle va à l’encontre de ce que réclament les Algériens.

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a été nommé mardi 9 avril président par intérim, pour quatre-vingt-dix jours, lors d’une réunion du Parlement algérien, selon la télévision nationale.

« Je vais travailler à concrétiser les intérêts du peuple, a-t-il déclaré devant le Parlement. C’est une grande responsabilité que m’impose la Constitution. »

Cette décision est conforme à ce que prévoit la Constitution. Mais elle va à l’encontre de ce que réclament les Algériens, qui continuent massivement à manifester pour réclamer le départ de l’ensemble du « système » Bouteflika, dont M. Bensalah est issu.

Cette nomination arrive une semaine après la démission d’Abdelaziz Bouteflika, le 2 avril, sous la pression conjuguée de la rue et de l’armée.

LFidèle de Bouteflika

Abdelkader Bensalah, ancien journaliste au journal étatique Ech-Chaab (le peuple) est né en 1942, près de Tlemcen (ouest). Il est passé par les affaires étrangères, avant de présider, de 1994 à 1997, le Conseil national de la transition, le Parlement désigné après l’arrêt du processus électoral, en janvier 1992.

Elu député sous les couleurs du Rassemblement national démocratique (RND), il devient le président de l’Assemblée nationale populaire (APN, chambre basse) de 1997 à 2002. Sa carrière est confortée avec l’arrivée d’Abdelaziz Bouteflika au pouvoir, en 1999, qui s’appuie ouvertement sur les gens de l’Ouest. Il est, depuis 2002, président du Conseil de la nation (Sénat) et de ce fait le deuxième personnage de l’Etat. Régulièrement, sa nationalité algérienne « d’origine », exigée pour exercer la charge de chef de l’Etat, est contestée. Il serait, selon ces assertions, un Marocain naturalisé après l’indépendance. Ce qu’il a toujours démenti.

Cacique, bon manieur de la langue de bois, M. Bensalah est un fidèle d’Abdelaziz Bouteflika. Il a été un ardent défenseur de la révision de la Constitution qui a permis, en 2008, la levée de la limitation des mandats et l’ouverture de la voie pour la présidence à vie de M. Bouteflika. M. Bensalah a également soutenu un cinquième mandat de ce dernier, qui a fait sortir en masse les Algériens dans les rues.

Trouver « un homme consensuel »

Vendredi, jour de manifestations hebdomadaires depuis plus d’un mois, les Algériens ont de nouveau défilé pour exiger que soient exclus du processus de transition les hommes-clés du « système ». Un trio a été particulièrement visé : Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaïz (le président du Conseil constitutionnel) et Noureddine Bedoui (le premier ministre).

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP, 34 députés sur 462), principal parti islamiste et longtemps soutien du camp Bouteflika avant de rompre en 2012, avait annoncé qu’il boycotterait mardi la session parlementaire, refusant de « valider la désignation d’Abdelkader Bensalah comme chef de l’Etat par intérim », car « contraire aux revendications du peuple ».

En revanche, le chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, de facto le nouvel homme fort du pays, avait exigé que la succession de M. Bouteflika se fasse dans le strict cadre de la Constitution.

Celle-ci prévoit que le président du Conseil de la nation transmette le pouvoir avant l’expiration d’un délai de quatre-vingt-dix jours à un nouveau chef de l’Etat élu lors d’une présidentielle. Le mouvement de contestation réclame, lui, de sortir de ce cadre pour mettre sur pied des institutions de transition permettant d’engager des réformes profondes et d’organiser des élections libres.

 

 

 

ANI AVEC AFP

Publicités