galerie Burkina: huit morts dans une attaque armée dans une affaire de chefferie

Des soldats burkinabè à Ouagadougou le 22 septembre 2015afp.com – SIA KAMBOU

« Dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2019, un groupe d’hommes armés, venus de villages frontaliers du Burkina et du Ghana, ont perpétré une attaque contre le domicile du chef coutumier de Zoaga (région du Centre-est). Cette attaque a fait malheureusement huit morts et quatre blessés », selon le communiqué.

« Cette attaque serait un rebondissement de la crise qui secoue depuis un certain temps la chefferie coutumière de cette localité » où deux camps s’opposent, indique le texte signé par le ministre Siméon Sawadogo.

« Après ce forfait, les assaillants ont pillé et incendié les boutiques du marché de Zongo, avant de se replier vers la frontière » avec le Ghana.

Les forces de défense et de sécurité ont été « immédiatement déployées dans la commune de Zoaga, pour sécuriser les lieux et rechercher les auteurs de cette attaque « , a assuré M. Sawadogo, appelant « au calme et au sens des responsabilités de tous les acteurs locaux en vue de permettre la manifestation de la vérité et de la justice ».

Fin janvier, un affrontement entre ces deux camps avaient fait trois morts dont un ancien maire de la commune.

Les forces armées burkinabè sont confrontés depuis quatre ans à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières, mais doivent aussi faire face à de fréquents affrontements intercommunautaires. Dans la nuit de dimanche à lundi, au moins sept personnes ont été tuées dans des violences de ce type dans la région du Sahel, près de la frontière malienne.

 

 

 

ANI AVEC AFP