Galerie

Israël: Netanyahu confirme un raid aérien anti-iranien en Syrie vendredi

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (C) lors de la réunion hebdomadaire de son gouvernement le 13 janvier 2018 à Jérusalem afp.com – Ariel Schalit

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a reconnu dimanche que l’aviation israélienne avait effectué vendredi un raid contre des « entrepôts d’armes » iraniennes dans l’enceinte de l’aéroport international de Damas, une rare confirmation de la part d’un responsable israélien.

« Il y a juste 36 heures, notre aviation a attaqué des entrepôts iraniens renfermant des armes iraniennes dans l’aéroport international de Damas », a affirmé M. Netanyahu lors du conseil des ministres hebdomadaire, selon son bureau.

« La multiplication des attaques récentes démontrent que nous sommes plus déterminés que jamais à agir contre l’Iran en Syrie, comme nous nous y sommes engagés », a-t-il ajouté.

« Nous avons remporté des succès impressionnants en vue de bloquer l’implantation militaire iranienne (…). L’armée israélienne a attaqué des cibles iraniennes et du Hezbollah des centaines de fois », a également affirmé M. Netanyahu.

Le chef d’état major Gadi Eisenkot, dont le mandat arrive à expiration dans les prochains jours, a pour sa part affirmé dans une interview au quotidien américain New York Times: « nous avons frappé des milliers de cibles sans en prendre la responsabilité ou sans en revendiquer le crédit ».

Dans l’immense majorité des cas, le porte-parole de l’armée se refuse à confirmer ces attaques.

La défense anti-aérienne de l’armée syrienne est entrée en action vendredi soir contre des « missiles » tirés par l’aviation israélienne, avait rapporté l’agence officielle syrienne Sana, citant une source militaire selon laquelle un « entrepôt » dans l’enceinte de l’aéroport de Damas avait été touché.

« La plupart » des missiles tirés par « des avions militaires israéliens » ont été interceptés, avait affirme la source militaire citée par Sana.

– Elections et retrait américain –

Ces derniers mois, Israël a bombardé à plusieurs reprises des installations militaires du pouvoir de Bachar al-Assad ou de ses alliés, l’Iran et le mouvement libanais du Hezbollah, deux grands ennemis de l’Etat hébreu.

Les déclarations dimanche de M. Netanyahu surviennent alors qu’il a lancé sa campagne pour les législatives du 9 avril en proclamant son innocence dans plusieurs affaires de corruption présumée tout en se présentant comme le meilleur garant de la sécurité d’Israël.

M. Netanyahu a également récemment assuré que l’annonce, le mois dernier, par le président Donald Trump du retrait des 2.000 soldats américains déployés en Syrie n’affecterait pas les opérations israéliennes contre l’Iran dans ce pays voisin.

Il a par ailleurs tenté d’atténuer les tensions avec le président russe Vladimir lors d’un entretien le 4 janvier.

La République islamique d’Iran, ennemi juré d’Israël, et la Russie sont les principaux alliés du régime syrien de Bachar al-Assad, qu’elles ont aidé à infliger de nombreuses défaites aux rebelles et jihadistes au cours des dernières années.

En 2015, Israël et la Russie ont mis en place un mécanisme de « déconfliction » afin d’éviter les accrochages entre leurs armées en Syrie.

Mais cette coordination a été mise à mal lorsqu’un avion militaire russe a été abattu par erreur par la défense antiaérienne syrienne, après un raid israélien en Syrie, le 17 septembre. Quinze militaires russes ont été tués.

La Russie a ensuite annoncé le renforcement de la défense antiaérienne du régime syrien, avec des batteries S-300 et le brouillage des communications d’avions se trouvant à proximité.

 

 

 

 

ANI Avec AFP

Publicités