galerie Madagascar: l’équipe de Ravalomanana met sur pied sa cellule de crise

Le candidat Marc Ravalomanana devant la presse après avoir voté, le 19 décembre 2018. © RIJASOLO / AFP

La Céni poursuit la publication des tendances de l’élection présidentielle en direct sur son site internet. A 15h locale aujourd’hui, 70% des procès-verbaux scannés de l’ensemble du territoire avaient été pris en compte.

D’après ces informations, Andry Rajoelina serait en tête avec 55% des voix devant son concurrent Marc Ravalomanana avec 45% des suffrages. Des tendances que le clan Ravalomanana pointe du doigt. Pour l’équipe du candidat 25, en publiant les tendances plutôt que les résultats provisoires, la Céni participe à la manipulation de l’opinion publique. RFI s’est rendue au QG du candidat Ravalomanana ce samedi matin, qui vient de mettre en place sa cellule de crise.

Le clan Ravalomanana est en alerte. Dans l’équipe du candidat 25, on se demande si la Céni ne ferait pas exprès de ne traiter pour l’instant que les procès-verbaux des zones où le candidat Rajoelina est en tête. Faux, rétorque l’institution électorale qui assure publier les tendances dans l’ordre d’arrivée des informations qui lui parviennent.

Pour l’un des lieutenants de Ravalomanana, le risque qu’entraine cette situation, c’est « qu’à force de raconter à l’opinion publique qu’Andry Rajoelina est en train de gagner, la Céni crée artificiellement la victoire du candidat 13. Or, quand tous les résultats provisoires seront finalement sortis, si c’est Ravalomanana qui est en tête, le choc sur l’opinion va être terrible. On va penser qu’il y a eu une malversation. »

L’équipe du candidat 25 affirme aussi que les procès-verbaux en leur possession sont différents de ceux sur lesquels se base la Céni pour publier les tendances.

« Actuellement, Marc Ravalomanana est en tête à 54%, selon les procès-verbaux qui nous sont parvenus, explique Fanirisoa Ernaivo, ex-candidate au 1er tour, qui soutient désormais le candidat numéro 25. A la Céni, c’est l’inverse. A 55% c’est Andry qui est en tête. Donc là, il y a anomalies. »

Ce samedi matin, le clan Ravalomanana a donc demandé à la Céni d’arrêter de publier ses tendances. Et de ne reprendre la publication des résultats provisoires qu’une fois que l’institution aura les PV physiques en sa possession et non les scans de ceux-ci.

De son côté, la Céni assure que les résultats provisoires, annoncés au plus tard le 29 décembre, devraient être similaires à la tendance nationale globale annoncée ces prochaines 72h, puisque les documents utilisés pour réaliser les statistiques sont les scans des PV originaux. Face à cette confusion, Marc Ravalomanana doit s’exprimer demain soir à 20h, en direct à la télévision pour une déclaration à la nation.

 

 

RFI