Galerie

Au moins 12 morts en Haïti lors d’un séisme de magnitude 5,9

Des Haïtiens récupèrent du métal des décombres d’un auditorium détruit à Gros Morne, au lendemain du séisme qui a frappé le pays le 6 octobre 2018 afp.com – HECTOR RETAMAL

Au moins douze personnes ont été tuées et 188 blessées dans le nord-ouest d’Haïti, secoué samedi soir par un séisme d’une magnitude de 5,9 qui a créé la panique dans l’île, ont annoncé les autorités.

Selon le ministère de l’Intérieur, huit personnes sont mortes dans la ville côtière de Port-de-Paix –capitale du département du Nord-Ouest–, trois à Gros-Morne qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de cette localité et une à Saint-Louis-du-Nord.

Le président Jovenel Moïse –qui avait exhorté après la secousse la population « à garder son calme »– s’est rendu dimanche matin à Port-de-Paix et à Gros-Morne. « Je suis sur place, dans les zones touchées par le séisme, afin d’apporter de l’aide à la population », a-t-il tweeté.

Le Premier ministre Jean-Henry Céant « est également sur les lieux pour superviser les équipes de secours et coordonner leurs actions », a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement avait annoncé dès samedi soir la mise en place d’une cellule de crise, incluant plusieurs ministères, « afin de coordonner l’ensemble des réponses d’urgence à apporter ».

L’épicentre de la secousse d’une magnitude de 5,9 a été enregistré à 19 kilomètres au nord-ouest de Port-de-Paix à 20H10 (00H10 GMT dimanche), a annoncé l’institut géologique américain USGS. Plusieurs légères répliques ont ensuite été ressenties dans le nord-ouest.

La ville de Chansolme (nord-ouest) et la petite île de la Tortue ont aussi été affectées.

« Dans mon quartier, personne n’est mort mais un enfant a été gravement blessé parce qu’un pan de mur lui est tombé dessus », témoigne auprès de l’AFP Rosette Jérome, une habitante de Gros-Morne, observant les opérations de déblaiement d’un centre communautaire dont le gardien a été tué.

« Toutes nos affaires qui étaient dans l’auditorium ont été écrasées sous les décombres, on n’a plus rien pour vivre. Beaucoup parmi nous ont des petits emprunts à la banque: aujourd’hui on se demande comment on va pouvoir faire pour relancer nos commerces », explique cette femme de 49 ans.

Tout n’est pas perdu pour tout le monde: une quinzaine d’hommes creusaient les décombres pour récupérer les tiges de métal qui se trouvaient dans les murs, afin de les revendre.

– Jusqu’à Port-au-Prince –

La protection civile a indiqué que des mouvements de panique causés par la secousse qui « a été ressentie à travers tous les départements du pays » avaient aussi fait des blessés, pour la plupart légers.

Le commissariat de police de Port-de-Paix notamment a subi des dégâts, selon une photo publiée sur son compte Twitter par la Police Nationale d’Haïti.

« J’ai constaté d’autres édifices de la ville qui sont détruits », a tweeté M. Moïse, après s’être rendu au commissariat endommagé.

Région la plus pauvre du pays, le nord-ouest compte beaucoup de zones enclavées faute de routes en bon état. Il faut environ six heures pour parcourir les quelque 300 kilomètres de route séparant la capitale Port-au-Prince de Port-de-Paix.

Le ministère de la Communication a indiqué sur Twitter que des convois de kits alimentaires et d’eau potable étaient en route vers le Grand-Nord, en particulier Port-de-Paix et Grand-Morne.

L’ambassade américaine en Haïti a fait savoir que les Etats-Unis sont « prêts à participer aux efforts de secours, au cas où nous sommes sollicités », soulignant que les deux pays sont « partenaires et amis ».

Offre d’assistance aussi du côté de l’ONU dont la représentante en Haïti Helen La Lime a assuré que l’équipe onusienne travaillait avec les autorités locales pour « apporter si nécessaire un appui » concernant l’évaluation des besoins et « la distribution rapide de l’aide aux sinistrés ».

La secousse de plusieurs secondes a été ressentie jusqu’à Port-au-Prince, suscitant l’émotion auprès des habitants qui restent traumatisés par le séisme qui a ravagé la ville et ses environs en 2010.

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre d’une magnitude de 7 sur l’échelle de Richter a fait plus de 200.000 morts, plus de 300.000 blessés et plus d’1,5 million de sans-abris.

Les structures et l’organisation de l’Etat haïtien ont beaucoup souffert de la catastrophe. De très nombreux bâtiments avaient été détruits, dont le Palais national et la cathédrale Notre-Dame de Port-au-Prince.

 

 

 

ANI Avec AFP

Publicités
par AFRIQUE NEWS INFO Posté dans CARAIBE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s