galerie Madagascar: la place du 13 mai à nouveau bouclée par les forces de l’ordre

Manifestation dimanche dans le centre d’Antananarivo contre les nouvelles règles électorales afp.com – RIJASOLO

Soldats et policiers ont repris position lundi autour de la place du 13 Mai, au centre de la capitale malgache Antananarivo, pour interdire un rassemblement prévu par l’opposition à la mémoire des victimes des affrontements meurtriers de samedi.

Plus d’une centaine d’hommes en armes interdisaient depuis le début de la matinée aux piétons tous les accès à la place, théâtre historique de toutes les grandes manifestations de l’histoire de Madagascar, a constaté un journaliste de l’AFP.

Samedi, une manifestation de l’opposition sur cette place, interdite par les autorités, a dégénéré en violents affrontements entre un millier de personnes et les forces de l’ordre.

Selon un bilan provisoire de source hospitalière, ces violences ont fait 2 morts et 16 blessés dans les rangs des manifestants.

Les organisateurs de la marche, qui accusent les forces de l’ordre d’avoir ouvert le feu à balles réelles sur leurs troupes, évoquent elles un bilan de 5 morts.

Malgré l’interdiction des autorités, ils ont annoncé vouloir se rassembler lundi matin place du 13 mai en mémoire des victimes.

Dimanche déjà, une centaine d’opposants s’y étaient rassemblés, après le départ des forces de l’ordre.

A sept mois du premier tour des élections générales, les adversaires du gouvernement du président Hery Rajaonarimampianina l’accusent de vouloir les faire taire. Ils dénoncent notamment l’adoption récente de nouvelles lois électorales qui, selon eux, visent à favoriser le pouvoir.

De retour d’un séjour hors de la Grande île, le chef de l’Etat a en réponse dénoncé dimanche soir un « coup d’Etat ».

Lors d’une allocution à la télévision et sur les réseaux sociaux, il a appelé « tous les Malgaches au calme » et mis en garde « les fauteurs de trouble et ceux qui incitent à la haine et aux affrontements, en quête d’un bain de sang ou de perte en vie humaine ».

Elu en 2013, le président Rajaonarimampianina n’a pas encore annoncé s’il allait briguer un second mandat.

En revanche, deux anciens chefs de l’Etat ont déjà laissé entendre qu’ils se présenteraient : Marc Ravalomanana, président de 2002 à 2009, et Andry Rajoelina, au pouvoir de 2009 à 2014.

Tous les deux avaient été interdits de candidature en 2013.

M. Ravalomanana a été renversé en 2009 après une mutinerie de l’armée qui avait permis à M. Rajoelina, alors maire de la capitale, de devenir président non élu d’une transition jusqu’en 2014.

M. Rajoelina doit prendre la parole lundi devant la presse.

 

 

ANI Avec AFP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s