Centrafrique : Les Eco gardes commémorent leur journée à Bayanga

La 9ième commémoration internationale  de la journée des Eco gardes et la 1ère au sein des Aires Protégées de Dzanga Sangha (APDS) a eu lieu ce 31 juillet dans cette ville touristique du pays sur fonds d’incitation de la population à la conservation des biodiversités.

Le 31 juillet de chaque année, est célébrée dans le monde entier la Journée internationale des Eco gardes. Celle-ci a été proclamée le 31 juillet 2009 et parrainée par le Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) en collaboration avec les Eco gardes des parcs naturels du monde entier.

Cette année, la journée est célébrée sur le thème du « rôle de la communauté locale dans la conservation», une invitation aux communautés locales riveraines aux aires protégées à s’impliquer davantage dans la lutte contre l’exploitation illicite et l’éradication du commerce illégal des espèces fauniques.

L’International Ranger Federation (IRF), en partenariat avec l’IUCN, a défini l’éco garde comme «une personne impliquée dans la protection et la préservation sur le terrain de tous les aspects liés à un écosystème, à un site culturel ou historique … et qui est chargé de la médiation entre les communautés locales, les zones protégées et l’administration chargée de la zone.»

Selon l’IRF, 740 éco gardes ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions entre 2009 et 2017, pour la plupart en Asie et en Afrique. L’organisation Global Witness a annoncé de son côté le décès de 98 « défenseurs de l’environnement» sur le premier semestre de 2017, alors qu’ils ne faisaient que leur travail. Plus tôt en juillet, 5 éco gardes ont été tués en République Démocratique du Congo alors qu’ils étaient en mission pour secourir trois de leurs collègues et des journalistes portés disparus.

Pour le responsable de la Conservation des APDS Christian Junior Ndadet tous les jours, les Eco gardes risquent leur vie pour protéger les animaux et les habitats naturels du braconnage et des autres menaces qui pèsent sur la vie sauvage. « Ils sont pour la plupart sous-équipés, sous-payés mais ne sont jamais appréciés à leur juste valeur », a-t-il relevé avant d’ajouter qu’il devient ainsi de plus en plus difficile aux éco gardes de rivaliser avec l’armement des braconniers.

Le sous-préfet de Bayanga Patrice Ngaïper,  appelle aux organisateurs de continuer l’initiative permettant de prouver et louer des efforts que déploient les éco-garde.

Le projet Dzanga Sangha  a commencé en 1988 avant de devenir Aires Protégées et reconnue en 1990 comme deuxième parc en République Centrafricaine. Il est inscrit dans la liste du patrimoine mondiale de l’Unesco  en 2011.

 

 

RJDH

Publicités

Publié le 6 août 2017, dans AFRIQUE CENTRALE. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire (Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :