Centrafrique : les ONG, victimes collatérales des affrontements

Les locaux d’organisations non gouvernementales internationales ont été attaqués le week-end dernier en République centrafricaine lors de combats entre deux groupes armés. De nouvelles attaques contre les humanitaires, alors que la situation générale du pays se détériore.

La trêve n’aura pas duré : alors que la journée de lundi s’était déroulée sans heurts, Batangafo, ville centrafricaine de quelque 20 000 habitants à la frontière tchadienne, s’est embrasé le lendemain.

Une réplique des violences extrêmes du week-end : pour une broutille, un vol de moto peut-être, deux groupes armés se sont affrontés samedi après-midi, provoquant des dégâts matériels importants et de nombreuses victimes parmi les civils.

On déplore au moins 10 morts, des dizaines de blessés. Les locaux de plusieurs ONG ont été dévalisés, sans faire toutefois de victimes parmi les personnels.

Trop souvent, les travailleurs humanitaires font les frais de ces violences récurrentes en République centrafricaine (RCA), alors que plus de la moitié de la population centrafricaine dépend directement de leur travail – d’importants dégâts collatéraux dans le chaos ambiant.

«Maintenant, c’est encore pire»

Samedi, pendant plusieurs heures, les maisons ont brûlé, une partie du camp de déplacés aussi. Les gens ont dû fuir et 15 000 personnes  plus de la moitié de la ville  se sont réfugiées dans l’enceinte de l’hôpital ou de l’église. Batanfago est presque entièrement déserté.

Pour Carlos Francisco, chef de mission de Médecins sans Frontières (MSF), «la situation humanitaire ici est extrêmement grave depuis plusieurs mois. Et maintenant, c’est encore pire. Si les violences contre les civils continuent, ça va devenir catastrophique».

«Il faut désormais prendre en charge les personnes sans-abri», ajoute Carlos Francisco. Des milliers de personnes ont en effet perdu leur maison ou n’osent pas y retourner à cause des combats. La population se réfugie dans des lieux qui ne sont pas adaptés à l’accueil.

Il faut construire des latrines, mettre à disposition des points d’eau potable pour éviter les épidémies et prendre en charge les blessés. Une surcharge de travail qui interfère dans les activités quotidiennes de gestion de l’hôpital local.

Désarmement inachevé

Et l’afflux de personnes majore le risque de détérioration sanitaire, alors que la saison des pluies a débuté et avec elle, l’explosion du nombre de cas de paludisme. «Les enfants sont les principales victimes de l’épidémie dans sa forme la plus sévère et de la malnutrition aussi, qui s’aggrave quand les conditions de vie se dégradent», ajoute Carlos Francisco.

En déplacement dans la zone le week-end dernier, le chef des opérations de maintien de la paix des Nations unies, Jean-Pierre Lacroix, a déploré une détérioration de la situation sécuritaire dans un pays ravagé par les combats depuis 2013. Il envisage d’ailleurs de renforcer le contingent de 12 500 Casques bleus onusiens (Minusca) basés en RCA.

Depuis septembre 2016, les conflits intenses ont repris avec une généralisation des combats sur la quasi-totalité du territoire. Le mois de mai a marqué un nouvel embrasement des violences avec sa cohorte de déplacés. Un accord de paix a été signé à Rome le 19 juin, mais le 20 au matin, la ville de Bria résonnait du bruit des armes.

Le processus de désarmement n’a jamais été achevé, pas plus que celui de réconciliation nationale. A défaut, les ONG en appellent au respect des populations civiles et de leur action pour au moins pouvoir atténuer les souffrances.

 

 

 Cécile Brajeul

LIBERATION

Publicités

Publié le 2 août 2017, dans AFRIQUE CENTRALE. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire (Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :