Haïti: Jovenel Moïse confirmé président après une crise électorale

b1215cae9ad383a78be68520d1d8ff7df094c4a6

Jovenel Moïse a été confirmé mardi président élu d’Haïti avec 55,60% des suffrages au premier tour de scrutin qui s’est tenu le 20 novembre, selon les résultats définitifs publiés sur le site internet du Conseil électoral provisoire (CEP).

Cette annonce met un terme au processus électoral initié en octobre 2015, pendant lequel la vie politique du pays de la Caraïbe a été paralysée.

A 48 ans, M. Moïse va commencer sa carrière politique en prenant le 7 février la succession de Jocelerme Privert, le président provisoire choisi en février 2016 par le parlement après le départ sans successeur élu de Michel Martelly.

Le premier tour de l’élection présidentielle s’était initialement tenu en octobre 2015 et, là aussi, l’entrepreneur agricole était arrivé en tête. Mais en raison de contestations et de fraudes massives, le vote avait été annulé.

Reprogrammé le 20 novembre dernier, le scrutin s’était déroulé sans incident majeur.

Des résultats préliminaires, annoncés le 28 novembre, créditaient M. Moïse du Parti haïtien tet Kale (PHTK) de plus de 55% des suffrages. M. Martelly représentait ce parti.

Mais cette victoire avait été immédiatement contestée par ses principaux concurrents.

Après une semaine de vérification des documents électoraux, le tribunal électoral a finalement rendu son verdict: « Il n’y a pas eu de fraudes massives, néanmoins l’analyse des 12% des procès verbaux a révélé des irrégularités qui ne sauraient affecter le processus ».

Les résultats définitifs publiés mardi octroient 55,60% des suffrages à M. Moïse, suivi par le candidat du parti Lapeh Jude Célestin (19,57%) puis Moïse Jean-Charles du parti Pitit Dessalines (11,04%) et Maryse Narcisse du parti Fanmin Lavalas (9,01%).

S’il a remporté l’élection dès le premier tour, Jovenel Moïse ne jouit cependant pas d’une large popularité dans le pays car le taux de participation n’a été que de 21%.

Depuis des mois, l’instabilité politique paralyse le développement économique du pays le plus pauvre de la Caraïbe, où plus de 60% des habitants survivent avec moins de deux dollars par jour: la dette haïtienne s’élève aujourd’hui à plus de 2 milliards de dollars et, faute d’investissements publics comme privés, la croissance ne devrait être que de 1% en 2017.

Près de sept ans après le séisme qui a tué plus de 200.000 personnes en janvier 2010, 55.000 Haïtiens vivent toujours dans des camps de fortune, selon l’Organisation internationale des migrations.

Et le puissant ouragan Matthew début octobre a causé pour plus de 2 milliards de dollars de dégâts dans le sud du pays.

 

 

Publié le 4 janvier 2017, dans ANTILLES. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire (Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :