Brésil: au moins 60 morts lors d’une mutinerie dans une prison

9ce58d8500a2361c03d1933495c41e881fdc9bd8

 

Une mutinerie dans une prison de Manaus dans le nord du Brésil a fait au moins 60 morts dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé le responsable de l’administration pénitentiaire locale.

« Pour le moment, nous avons décompté 60 morts », a déclaré le secrétaire à l’Administration pénitentiaire de l’Etat d’Amazonie Pedro Florencio, lors d’une conférence de presse.

« Il s’agit du plus grand massacre commis dans une prison en Amazonie », a souligné le secrétaire de l’Etat d’Amazonie à la Sécurité publique Sergio Fontes, lors de cette conférence de presse.

La mutinerie, pendant laquelle 12 surveillants ont été pris en otage, a duré 17 heures entre dimanche après-midi et lundi matin dans le complexe pénitentiaire Anisio Jobim (Compaj), située en périphérie de Manaus.

Elle a été provoquée par un affrontement entre détenus appartenant à deux organisations criminelles, le groupe local FDN (Familia do Norte), et le PCC (Premier commando de la capitale), fondé à Sao Paulo.

« Pendant les négociations, les prisonniers n’ont pratiquement rien exigé, juste qu’il n’y ait pas d’excès quand la police entrerait », avait déclaré M. Fontes avant la conférence de presse à la radio locale Tiradentes.

« Nous croyons qu’ils avaient fait ce qu’ils voulaient : tuer ces membres de l’organisation rivale et obtenir la garantie qu’ils ne seraient pas agressés par la police. La FDN a massacré les membres présumés du PCC et d’autres rivaux », a-t-il ajouté.

Les mutineries sont fréquentes dans les prisons surpeuplées du Brésil qui sont contrôlées en interne par les factions criminelles se disputant le contrôle du trafic de drogue.

Publicités