Centrafrique-Bangui : Le nouvel an célébré en grande pompe

ebe6a6130557ee3ace4b453a2a00a204822d5ad4-512x296

 

La fête du nouvel an a été célébrée sans incident majeur dans la capitale centrafricaine. Ils étaient nombreux, les Centrafricains, à fêter le réveillon 2017. L’ambiance était festive dans les huit arrondissements de Bangui, Bimbo et Bégoua mais aussi dans certaines régions du pays.

Aucun incident n’a été déploré à Bangui, malgré des tirs d’arme entendus à partir de 00 heure. Les banguissois veulent ainsi tourner la page sombre de trois années de violences meurtrières.

Dans son adresse à la nation, le président Faustin Archange Touadéra a indiqué que des avancées considérables ont été notées durant l’année 2016.

« Depuis mon accession à la magistrature suprême de l’Etat, nous vivons des avancées notables dans tous les domaines. Les progrès enregistrés en ce jour nous donnent la raison d’espérer », a-t-il souligné.

Selon le chef de l’État, ces progrès sont un signe d’espérance qui donne ainsi l’occasion à la population d’enterrer la hache de guerre.

« L’année 2017 qui s’ouvre est pleine d’espérance mais aussi de défis, parce qu’elle nous offre l’occasion de tourner résolument la page de la grave crise que nous avons connu », a relevé Faustin Archange Touadéra précisant que « malgré la situation sécuritaire encore difficile dans certains endroits du pays, le processus du DDRR/RSS/RN est en marche » et que « la paix est à notre portée ».

Par ailleurs, le Président de la République a demandé aux groupes armés qui n’ont pas encore adhéré le processus du DDRR et qui sévissent en toute impunité dans certaines régions du pays de le faire sans délai.

« Toute violation des droits de l’homme appellera une réponse judiciaire conséquente quelque soit son auteur. Je demande aux groupes armés qui n’ont pas encore adhéré au DDRR de le faire sans délai. Il n’y a pas une autre alternative au DDRR », a martelé M. Touadera.

Le président formule le vœu que cette année 2017 « brise les barrières subjectives et insaisissables qui nous empêche d’accéder à la paix ».

 

 

RNL

Advertisements

Publié le 1 janvier 2017, dans AFRIQUE CENTRALE. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire (Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :